Stratégie d'introduction du vaccin

Une approche à deux volets comprenant la vaccination de masse et l’intégration du vaccin dans les programmes existants

vacciner avec MenAfriVac

Notre prochain grand défi est d'introduire le vaccin et de nous assurer que tous les enfants à risque sont protégés.

Notre stratégie d’introduction s’articule autour de deux axes: procéder à une vaccination de masse pour obtenir des bienfaits immédiats en termes de santé publique, et ensuite intégrer le vaccin dans les programmes de vaccination infantile.

Campagnes de vaccination de masse

L’introduction du vaccin antiméningococcique conjugué A se fera avant tout par des campagnes de vaccination de masse où toutes les personnes âgées de 1 à 29 ans recevront une dose unique de vaccin MenAfriVac. Cette stratégie vise à réduire de manière importante et immédiate le portage et la transmission de la bactérie et, par là-même, faire rapidement chuter le taux de morbidité et mortalité associé à la maladie. Puisqu’un pourcentage important de la population sera vacciné en un laps de temps court, les bénéfices de la vaccination devraient être rapidement visibles et considérables en termes de santé publique. Si ces campagnes de masse ne sont pas organisées, les populations ne seront pas protégées contre les épidémies.

Protection des cohortes de naissance

Une fois que les campagnes de vaccination de masse auront été menées chez les personnes âgées de 1 à 29 ans, le principal défi sera de protéger les cohortes de naissance pendant la toute petite enfance. La stratégie utilisée dépendra d’une part des résultats obtenus lors des essais cliniques chez les nourrissons et très jeunes enfants, et d’autre part du taux de couverture du Programme élargi de Vaccination (PEV) dans les pays concernés.

  • Dans les pays où la couverture PEV est élevée (>80% DTP3), MenAfriVac pourrait être intégré dans le calendrier PEV existant. Deux options sont envisagées: une dose unique de vaccin durant la deuxième année de vie, ou deux doses à 14 semaines et à 9 ou 12 mois (en même temps que la rougeole ou la fièvre jaune).
  • Dans les pays où la couverture PEV est faible (<60% DTP3), des campagnes de suivi nécessitant une dose unique de vaccin et ciblant les enfants de 1 à 4 ans pourraient être organisées tous les 5 ans.

Le plan est conforme à la GIVS («La vaccination dans le monde: vision et stratégie») de l’OMS et utilise le processus de planification complet sur plusieurs années, à savoir un plan sur 3 à 5 ans qui définit les priorités de vaccination d’un pays, son mode d’intégration des activités de vaccination, les coûts, les nouveaux vaccins dont l’introduction est envisagée et le mode d’extension de la couverture vaccinale. Ce travail exige d’être soutenu et demande un engagement important des acteurs de la santé publique des pays de la ceinture de la méningite et des agences donatrices.

Il est fort probable qu'une épidémie de méningite survienne lors de la phase d'introduction de MenAfriVac dans la ceinture de la méningite. Il est donc important que les fabricants de vaccins maintiennent la production de stocks adéquats de vaccins polyosidiques durant les dix prochaines années. Le Groupe International de Coordination pour l'approvisionnement en vaccin antiméningococcique (GIC) qui gère actuellement les réserves de vaccins d'urgence travaille avec les fabricants de vaccins pour garantir un approvisionnement suffisant en vaccins polyosidiques jusqu'à ce que la menace d'épidémie ait été éliminée.

L’introduction du nouveau vaccin est un pas de géant dans l’élimination de la méningite à méningocoques A en Afrique sub-saharienne.  

Photo: UNICEF/Jon Shadid.